Françoise Zannier - Docteur en Psychologie - Psychologue Psychothérapeute Coach Superviseur - Paris 12 - Gare de Lyon - Tél. 09 81 62 89 40 - contact@psychologue--paris.fr

Follow psy_paris on Twitter FaceBook Add to Google Suivez le fil RSS ->Actualités du Coaching et de la Psychothérapie

aller à l'Accueil de psychologue--paris.fr

Psychologue--Paris.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement proposé à l'achat. Les articles de Psychologue--Paris.fr sont accessibles en ligne.

Islamisme, radicalisme et terrorisme

contribution à l'étude des tenants et aboutissants


Accueil psychologue--paris.fr -> Actualités du Coaching et de la Psychothérapie -> Islamisme, radicalisme et terrorisme - Contribution à l'étude des tenants et aboutissants

Disons le dès maintenant, au risque de décevoir les optimistes adeptes de la "psychologie positive" notamment, on n'éradiquera jamais le négatif, le mal, la souffrance et la mort, auxquels se rattachent les extrémismes, notamment.
En effet, les déviances font partie de la nature humaine, c'est-à-dire de son potentiel de réalisation dans ce qu'il a de négatif et pathologique, en l'occurrence.

A contrario, ceci explique l'importance des normes, de la rationalité et de la justice en particulier, comme principe de concorde et d'harmonie, ou encore comme vertu cardinale engendrant toutes les autres (Platon).
Car en effet au delà du sentiment d'horreur inspiré par les actes de terrorisme, c'est celui d'une profonde injustice qui domine.
Injustice vis à vis des victimes et de l'humanité toute entière, victime des égarements de la Raison.

C'est rappeler ici que la structure psychique est une structure de croyances, au sens où l'humain a besoin de règles pour fixer sa conduite,  et du coup, une structure éthique et morale, la réflexion sur les valeurs du Bien et du Mal, du Juste et de l'Injuste, etc... étant consubstantielle de cette structure.
En effet, tout au long de sa vie, l'être humain se réfère - consciemment ou non - à des valeurs modelant ses comportements.
Intentionnellement et de fait, il observe des lignes directrices dans la plupart de ses actes, la réflexivité de la conscience permettant à tout moment d'apprécier le sens et la valeur, c-à-d le bien-fondé, l'opportunité etc..., de ceux-ci.
Ainsi, le discernement de ce qui vaut ou non est une capacité essentielle se développant dès le plus jeune âge, à partir de la satisfaction des besoins notamment, et aussi des récompenses, gratifications, etc...  reçues ou non de l'entourage ou de la réalité extérieure.
Inversement, les frustrations, sanctions ou privations de toute nature, forgent aussi la capacité de discrimination déterminant les comportements.

Pour cette même raison, à défaut de règles et de valeurs fiables, ou lorsque celles-ci ne sont pas clairement posées, ou encore quand elles sont inversées pour des raisons à déterminer,  la perversité et le sadisme en particulier - autrement dit des comportement asociaux - peuvent se manifester à différents degrés chez certains individus.
Il s'agit d'une jouissance procurée par la souffrance infligée à d'autres êtres vivants, de manière illégitime au sens où rien ne la justifie rationnellement, c'est-à-dire en vertu des lois écrites ou non écrites de la société.
Autrement dit, il s'agit d'actes condamnés par l'institution judiciaire très souvent et par la conscience morale en premier lieu.

Précisons qu'il ne s'agit pas d'une agressivité parfois logique et compréhensible, pouvant survenir de manière défensive notamment. Cette agressivité-là peut être normale ou légitime, au sens où l'on doit être capable de se défendre si l'on est attaqué, notamment.
Pour cette raison, lors d'un conflit, les notions d'attaque et de défense sont très importantes pour différencier les mobiles des protagonistes.
En outre, la notion de légitime défense est reconnue juridiquement, ceci signifiant bien que toute agressivité n'est pas forcément condamnable, et que tout dépend des circonstances et de la nature exacte des faits.

En outre, la notion de passage à l'acte est une limite et un marqueur essentiel pour déterminer les responsabilités respectives des protagonistes. Autrement dit, on ne saurait juger une agressivité latente  - un regard par exemple - de la même manière qu'une agressivité actée.

Plus généralement, on sait que les pathologies psychiques renvoient la plupart du temps à des critères d'intensité et de récurrence des faits incriminés, toutes les tendances pathologiques existant chez les individus normaux à des degrés moindres que chez les personnes atteintes. C'est rappeler ici qu'entre le normal et le pathologique, il n'y a pas le fossé que l'on croit (Freud).

Quoi qu'il en soit, les perversions morales sont des modalités d'être au monde dont témoignent crûment  les injustices et les souffrances subies par leurs victimes.
Concernant les agresseurs, précisons que si les personnalités perverses-narcissiques sont connues en psychopathologie, et si les criminels se rangent souvent dans cette catégorie, de nombreuses exactions relèvent d'une responsabilité collective, sociale donc, au sens où elles ne sont pas ou peu réprimées, quand elles ne sont pas approuvées, voire encouragées.

Ceci explique que des théories comme le Darwinisme social, par exemple, trouvent à se développer sur la base d'une prétendue sélection naturelle, alors que la domination de certains groupes sociaux ne traduit pas une une adaptation au monde extérieur, mais une loi du plus fort au sens culturel, c'est-à-dire économique et financier en particulier.
En d'autres termes, si "l'homme est un loup pour l'homme" dans le langage populaire, cette analogie est limitée car à la différence des animaux, l'homme n'agit pas principalement selon des instincts programmés et des langages rudimentaires, mais surtout en fonction de règles et de valeurs culturelles s'articulant entièrement dans son langage.
En d'autres termes, rappeler que psychisme et culture sont co-émergents (G. Devereux), c'est signifier que les inégalités sociales sont très éloignées des inégalités naturelles (même si celles-ci exploitent souvent celles-là), et c'est indiquer pourquoi la notion d'inégalités naturelles est très insuffisante pour expliquer les disparités intergroupales et interindividuelles chez les humains.

De surcroit, on observe souvent que les animaux d'une même espèce ne s'attaquent pas entre eux, sauf dans des cas très précis, afin d'établir des rapports de dominance et de hiérarchie, pour l'accès à la nourriture et à la reproduction en particulier.
De même, les animaux d'une même espèce ne se parasitent pas entre eux, comme c'est parfois le cas dans les rapports d'exploitation des humains par leurs semblables, lesquels sont parfois très inéquitables, voire délétères.
Autrement dit, les rapports de coexistence et de coopération existant dans les espèces animales sont bien plus simples et naturels que chez les humains.
Tout cela explique un paradoxe spécifiquement humain faisant que les Droits de l'Homme en général, ceux des Femmes et des Enfants en particulier, doivent encore beaucoup progresser dans le monde, si l'on veut faire en sorte que la civilisation soit bien l'antonyme de la barbarie, et non pas un vain mot ou un idéal inatteignable.

Quoi qu'il en soit, plus généralement, on dira que tout est inclus dans le tout. Le négatif est la contrepartie du positif, incontournablement.
L'un ne s'explique toujours en effet que par rapport à l'autre. Les réalités sont scindées dans les catégories du Bien et du Mal, du Bon et du Mauvais, du Juste et de l'Injuste, du plaisir et de la souffrance, etc... cette condition vitale pour l'humain se reflétant dans la bipartition du logos.
C'est encore dire ici qu'il est vain et irrationnel de vouloir abolir le négatif, comme le suggère la psychologie positive en particulier.

On voit mieux en outre l'importance d'une réflexion éthique, pour expliquer ce qui est de l'ordre du Mal absolu, en référence aux faits évoqués et à la terminologie correspondante.
En d'autres termes, force est de constater l'imperfection du psychisme en particulier, expliquant sa tendance à viser une maitrise toujours plus grande, au travers d'idéaux et de valeurs variables suivant les peuples, les individus, les régions du monde et les époques.
Tout cela rappelle aussi que le sujet se constitue à partir d'un manque fondant son désir, lequel emprunte diverses voies pour le compenser.
Autrement dit, tout désir étant un désir de pouvoir, il contient des ressorts d'agressivité liés aux frustrations infligées par le principe de réalité, toutes choses à quoi  la loi s'oppose quand elle est constituée, ceci n'étant pas le cas dans les perversions morales fondant très souvent le terrorisme.
Comme on le sait, en effet, le pervers met son désir à la place de la loi qui est déniée. Les pulsions ne rencontrant alors aucun obstacle, elles s'expriment librement et transgressent l'interdit du meurtre du père, en l'occurrence.
Cette analyse issue de la pensée freudienne, montre la pertinence de celle-ci pour saisir les réalités en question, en quoi il ne saurait être question d'une simple vue de l'esprit.

Autrement dit, parmi les vicissitudes de l'espèce humaine, le terrorisme est bien un cas de Mal absolu, quoi qu'en pensent les adeptes d'Epictète ou de la parabole du verre à moitié plein (vs à moitié vide), pour le dire trivialement.
Les symboles s'exprimant dans les mots ne sont pas de simples visions du monde, interchangeables à souhait, mais bien des représentations de réalités concrètes, heureuses ou malheureuses, agréables ou douloureuses, essentiellement.
Autrement dit, dans la mesure où la souffrance existe objectivement, on ne peut pas affirmer que tout n'est qu'une façon de voir les choses, et par suite, on ne peut que rejeter le solipsisme.
C'est aussi pourquoi rien ne remplace l'expérience vécue bien souvent, pour comprendre qu'on ne peut pas tout relativiser, ni positiver. L'inscription corporelle des souffrances et des émotions négatives est une mémoire qu'on peut modifier ou alléger mais non pas abolir en particulier, quelle que soit la méthode utilisée.
Mais fermons cette parenthèse.

Comme on le sait, l'idéologie islamiste radicale s'enracine dans des traditions et croyances salafistes, et surtout dans une conception du pouvoir intriqué avec la religion.
De ce fait, des croyances religieuses explicatives du monde sont instrumentalisées par des groupes extrémistes, afin d'être imposées partout dans le monde.
Ainsi, la non-séparation de la Religion et de l'Etat - i.e. du politique - engendre des velléités hégémoniques sur la base d'interprétations perverses des textes religieux, tenant lieu de dogmes pour des criminels assoiffés de pouvoir et de vengeance essentiellement.

Par suite, les groupes extrémistes commettent des attentats étant à la fois des démonstrations de force, des procédés de déstabilisation et d'intimidation, et enfin surtout l'expression d'une haine que rien ne semble arrêter.
Au contraire, ces groupes pratiquent la surenchère dans l'horreur, n'importent quels moyens étant utilisés, y compris la récupération d'individus perturbés pour diverses raisons, et prêts à basculer dans les abominations en question.

Autant dire que la soif absolue de pouvoir et de domination en question est quasi-délirante, psychotique par conséquent.
Ce type de pouvoir à la fois arbitraire, autocratique et sanguinaire, n'est soumis à aucune loi autre que la sienne, celle d'un désir mortifère à l'état brut.
Tout se passe comme si la haine envahissait l'espace psychique d'individus persuadés d'agir pour une cause légitime, et acceptant de perdre leur vie dans les massacres.

On voit ici que la problématique du pouvoir est toujours identique, en particulier quand on a affaire à la toute-puissance originaire, précédant la distinction du soi et de l'Autre.
En effet, lors de leurs exactions, ces individus régressent à un stade archaïque où prédominent la fusion avec le tout et l'incapacité de voir les limites au delà desquelles leurs comportements deviennent criminels et dangereux pour eux-mêmes.
Il y a un renversement du sens des choses - le négatif devenant positif - en même temps qu'un effacement de toute alternative, celle-ci étant projetée dans l'au-delà de la vie sur la base de croyances religieuses.

La guerre menée par l'Etat Islamique apparait d'autant plus comme une lutte sans fin pour un pouvoir absolu donc illimité.
La haine de l'autre et de toute différence est consubstantielle à ce type de pouvoir sans partage, incapable d'accepter ou de tolérer d'autres pouvoirs, comme toute altérité en général.

Au-delà de tout cela, on remarquera que l'Etat Islamique se nourrit des imperfections et méfaits des principaux blocs de pouvoir, particulièrement de celui des pays occidentaux. En effet, l'impérialisme islamique répond d'une certaine manière à l'impérialisme occidental venant le renforcer.
En effet, tout le monde ou presque reconnait que l'EI s'est considérablement développé depuis la guerre menée en Irak par les pays occidentaux, ceci avec Georges Bush aux commandes, et contre l'avis de l'ONU.

Plus généralement, pour assurer son expansion, l'EI s'appuie sur les dévoiements de la démocratie pour enrôler ceux à qui la perversion de celle-ci dans les formes du libéralisme notamment, ne laisse pas ou peu de chances, que ce soit en détruisant leurs rêves ou en anéantissant leurs efforts pour les réaliser.

Les jeunes Français se ralliant aux idéologies extrémistes sont en effet souvent des personnes meurtries par la vie et le sort leur étant réservé, de sorte que pour eux, les valeurs républicaines de Liberté, Egalité et Fraternité, n'ont aucun sens ou l'ont perdu, à supposer qu'elles en aient eu un dans le passé.
Ceci explique en partie que lors des attentats commis, ces jeunes ne font pas tant preuve de sang froid que d'une insensibilité acquise à la souffrance des autres, celle-ci étant en grande partie une réponse à l'insensibilité sociale perçue à leurs propres souffrances, à l'indifférence dont ils sont victimes quand ils n'en subissent pas de plein fouet les conséquences.

En outre, jouir de la souffrance des autres témoigne d'un retournement de la pulsion dans son contraire, une jouissance mortifère survenant en compensation d'une jouissance normale rendue impossible, l'amour du prochain en l'occurrence.
Suivant les cas, le sentiment d'être incompris, non écoutés et/ou trahis, déclenche la haine, en réponse à l'indifférence, à l'absence d'amour et à la haine ressentie. L'absence d'amour et la haine sont en effet équivalents psychiquement.

En tout état de cause, les jeunes exclus, marginalisés, précaires, etc... étant particulièrement vulnérables, ils sont concernés par toutes les formes et risques de délinquance, et in fine de perversion, dont fait partie la radicalisation islamique.
En outre, depuis de nombreuses années, les jeunes des classes moyennes sont aussi touchés parce que l'ascenseur social ne fonctionne plus, parce que la crise aboutit au chômage de masse, à la stagnation des salaires, à la régression des droits sociaux, à une lutte des places souvent sans merci, à la précarisation de personnes toujours plus nombreuses, etc... tout ceci s'apparentant bien à l'Horreur économique décrite par Viviane Forrester notamment.

De ce point vue, l'appartenance à la classe moyenne n'est pas un garde-fou contre les extrémismes. Tout dépend des personnalités des acteurs mais aussi très souvent de circonstances ou de conditions extérieures dont ils ne décident pas mais qu'ils subissent.
Dans le cas de ceux devenant des kamikazes, la vie elle-même perd toute valeur, celle des autres comme la leur. Seul compte le message symbolique véhiculé par leurs actes, mis au service d'une idéologie barbare : ce message crie haine et vengeance. Point final pour eux.

Le bonheur des autres peut en effet devenir insupportable à ceux n'y ayant pas droit - de manière réelle ou supposée - comme c'est souvent le cas en France et ailleurs dans le monde. D'où le choix de lieux festifs parfois, pour accomplir des représailles, tout en signifiant la haine et la réprobation inspirées par ces lieux, comme cela s'est produit le 13 Novembre. La haine engendre la haine et la guerre engendre la guerre, indéfiniment...

En d'autres termes, c'est la loi du Talion qui s'exprime essentiellement chez ces jeunes, le désir de vengeance primant sur toute autre considération.
Pour cette même raison, ils sont les proies faciles des extrémismes qui récupèrent leurs pulsions inassouvies et les canalisent au service de leurs propres objectifs, en se présentant à eux comme les seules issues possibles ou souhaitables, et de surcroit "divinisées".
Précisons qu'il s'agit ici de comprendre et d'expliquer les mécanismes intimes des exactions en question, sans prétendre à l'exhaustivité et sans aucunement chercher à les excuser.
Il ne s'agit pas non plus de condamner le système occidental et le libéralisme en particulier, mais de pointer ses excès et ses travers, afin de les corriger autant que possible.

Car en effet, pour les radicalismes, l'impérialisme occidental et tout ce qui le représente, sont les bouc-émissaires désignés, en même temps que les persécuteurs et les ennemis extérieurs, ceci détournant les consciences des ennemis intérieurs, l'Etat Islamique et les radicalisés étant leurs propres ennemis à l'évidence, pour un observateur extérieur.
En d'autres termes, tout se passe comme si pour conjurer la peste, les jeunes en question choisissaient le choléra s'offrant à eux comme alternative à un moment donné, leur donnant l'occasion de changer le sens de leur vie ou de la vie en général, dans ce qu'il a de plus inacceptable.
Ces projections masquent ainsi les pires abominations, en regard des valeurs universellement reconnues, tout en acculant la communauté internationale à réagir.

Tout cela amène à répéter qu'on ne vaincra pas des extrémismes se présentant autant comme des symptômes de nos propres carences et difficultés, que de celles des individus concernés. Tout ce qu'on peut espérer c'est les limiter en les combattant, bien sûr, mais aussi et surtout en travaillant sur nos propres défauts et insuffisances, afin de ne pas alimenter et in fine aggraver ceux de la partie adverse.

A cet égard, on ne saurait trop rappeler l'importance des responsabilités politiques et des choix de société en cours, et notamment des actions en faveur d'une plus grande justice sociale.
Pour finir, on remarquera que paradoxalement, l'exigence d'amélioration et de progrès de l'espèce humaine trouve souvent dans les pires tragédies, ses meilleurs ou en tout cas, ses plus solides fondements.

Françoise Zannier

PLAN DU SITE PSYCHOLOGUE--PARIS.FR

Accueil psychologue--paris.fr Coaching et Psychothérapie Textes localisation et Accès au Cabinet
Questions fréquentes sur les psys et la psy Psychologue Clinicien : Quid ? Localiser le Cabinet
Services pour Professionnels et Particuliers Conceptions et Méthode intégrative en Psychologie L'activité du Psychologue Clinicien Psychologue Paris 1er Arrdt (75001)
Informations professionnelles Champs d'applications de la Psychologie Intégrative La Formation des psychothérapeutes cognitivistes Psychologue Paris 2e Arrdt (75002)
Coaching Sites et Bibliographie Eclectisme et Intégration en Psychothérapie Psychologue Paris 3e Arrdt (75003)
Développement personnel Enquête sur les Traitements Psy Psychothérapie et Psychothérapeute Psychologue Paris 4e Arrdt (75004)
Psychothérapie Numéros Utiles et d'Urgence Le Renouveau Phénoménologique en Psychiatrie Psychologue Paris 5e Arrdt (75005)
Prévention des risques professionnels Code de Déontologie Retour vers le phénotype - Les gènes existent-ils ? Psychologue Paris 6e Arrdt (75006)
Supervision Résumé de Thèse Psychologue Paris 7e Arrdt (75007)
Affirmation de soi Actualités Coaching et Psychothérapie Résumé Présentation de Thèse Psychologue Paris 8e Arrdt (75008)
Consultations psy en ligne Fil d'Actualités de la Psychologie Extrait de Thèse Psychologue Paris 9e Arrdt (75009)
Questions/Réponses psy en ligne Formation Professionnelle et Droit de Savoir Thèse sur la Psychothérapie Intégrative Psychologue Paris 10e Arrdt (75010)
Formulaire en Ligne La Formation des Psychothérapeutes Considérations sur la guerre et sur la mort - Freud Psychologue Paris 11e Arrdt (75011)
CV express Méthodes Quantitatives en Psychothérapie Vaincre l'Anorexie et d'autres TA Psychologue Paris 12e Arrdt (75012)
La Psychologie entre Raisons et Passions Remarques sur le Rapport INSERM 2004 Psychologue Paris 13e Arrdt (75013)
Référencement et Liens Autisme et Psychanalyse Prouver à tout prix l'efficacité des psychothérapies Psychologue Paris 14e Arrdt (75014)
liens Le Marché du Psychospirituel Informations sur le CPF Psychologue Paris 15e Arrdt (75015)
liens 2 PNL et autres pata-théories Cadre règlementaire des risques professionnels Psychologue Paris 16e Arrdt (75016)
Le Neuro-Coaching : nouvelle science ou imposture ? Autisme et autres TED : Etat des Connaissances Psychologue Paris 17e Arrdt (75017)
Partenaires Sectes : où commencent et où s'arrêtent-elles ? Décret sur le titre de Psychothérapeute Psychologue Paris 18e Arrdt (75018)
Formation Photoshop Psychologie positive : une nouvelle idéologie Guide Santé et Dérives sectaires - Miviludes Psychologue Paris 19e Arrdt (75019)
Formation SketchUp Réflexion sur le Management Action on climate change Psychologue Paris 20e Arrdt (75020)
Le Bonheur existe-t-il ? Lettre au Président
La conscience aux confins du matériel et du spirituel La PNL selon ses formateurs
Du Scientisme en Psychologie et Psychanalyse Le Neuro-Coaching
Eloge de la confrontation Intervention Commission des Affaires Culturelles
Médiation : La grande illusion L'Amour expliqué
Pour un Revenu de Base
Dépression : troubles de l'esprit ou du cerveau ?

Psychologue Paris sur Google Maps

Psychologue Paris - Françoise Zannier - Dr en Psychologie - Psychologue Psychothérapeute Coach Superviseur - 12 rue d'Aligre - Paris - 75012 -
Tél. 09.81.62.89.40
- Fax 09.81.70.15.20 -
Copyright (c) 2012 - Tous droits réservés par Psychologue Paris